Billie & Gavriil








L’amour est toujours aveugle aux fautes;
Toujours enclin à être joyeux,
Sans loi, libre et ailé,
Il brise toutes les chaînes de chaque esprit.

Les âmes de l’homme sont vendues et achetées
Ainsi que l’enfance nourrie de lait pour un peu d’or;
Et la jeunesse et la beauté
Conduites à l’abattoir, contre un peu de pain.

William Blake « Freedom and Captivity »

Kate Tempest - Ecoute la ville tomber

Billie et Gavriil se connaissent depuis longtemps. Ils s’aiment secrètement. Mais ça ils ne se le sont jamais dit. Ils viennent du même endroit, de la même misère. Si on dit parfois que tout le monde ne nait pas avec les mêmes chances, eux clairement ils n’ont pas eu de chance. Famille éclatée, illettrés, sans attaches, orphelins, vivant dans un pays en guerre, un pays d’incendie, Billie et Gavriil sont « des enfants nés de l’amiante ». Pourtant, Billie et Gavriil débordent de vie. Leur énergie, leur passion pour chaque petite chose est terriblement contagieuse. Ils brûlent la vie par les deux bouts. Ce sont les derniers combattants de la monotonie de la vie.

Pourtant le monde entier est en déclin, la ville brûle, les bombes claquent, les gens fuient de tous côtés, les animaux ont disparu et le ciel est rouge. Le monde est en apocalypse. Mais eux ils n’ont pas peurs. Ils se réfugient sur le toit du plus haut immeuble de la ville ; dernier bastion tenant encore debout. Un immeuble à la frontière des 6 continents. Ils sont les derniers résistants d’un monde en déclin. Sur le toit du monde, ils s’inventent des voyages, des vies qu’ils n’auront jamais. Ils parcourent des langues. Parlent arable, islandais, portugais… jusqu’à s’inventer leur propre langue. Ils brûlent de vie en même temps que l’immeuble sur lequel ils sont perchés se consume.

Après Et la Tendresse ? , qui questionnait le sentiment de perdition à travers la quête de qui l’on est, CARNAGE, qui traitait de la rage et de la frustration des désirs. Billie et Gavriil sera le troisième et dernier volet de notre cycle autour de la jeunesse et ce sera une histoire d’amour.

Mise en scène et dramaturgie
Hélène Beutin & Clément Goethals

Scénographie
Marie Menzaghi

Création Costumes
Marine Vanhaesendonck

Interprétation
Lucile Charnier
François Gillerot

Résidence
30/03/20 au 10/04/20/ Bruxelles / Théâtre Poème
2021 / Islande
2021 / Liban


Production
LA FACT

Soutenu par
Le Théâtre Poème